Metroïd Zero Mission

Metroïd Zero Mission

15 août 2022 Non Par Mugen

Votre mission, si vous l’acceptez, survivre.

Bien que je sois féru de jeux vidéo, et que je me considère (un peu) expérimenté, j’ai comme la plupart d’entre nous certaines lacunes vidéoludique.

Certains n’auront par exemple jamais touché à la licence MediEvil (Je vous vois 💀), moi je n’avais jamais touché à la licence Metroïd.

Las de cette omission j’ai décidé de profiter de mes vacances pour m’y atteler. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai annoncé commencer Zero Mission sur Twitter (on va abréger en ZM hein, épargnez moi quelques caractères et aérons le texte, nous serons tous gagnant).

Nombre de réactions se sont fait entendre (enfin lire, le cas échéant) :

  • Ha, trop bien tu vas t’éclater, excellent choix ! 😊
  • Han hérétique, jetez-lui des cailloux (virtuels), il ne commence pas par Super Metroïd. 💢
  • Fu-sio, Fu-sion 🤷‍♂️

Cependant mon choix était fait. Pour une raison toute simple, ZM est un « remake » du Metroïd original (celui sur NES de 1988 (en Europe)) mais avec la technique et les mécaniques de 2005, sur un support cher à mon cœur, le GameBoy Advance.

Alors après être venu à bout du jeu, vais-je continuer à jouer à la licence, où ai-je bien fait de m’en tenir éloigné durant 34 printemps ?



Rendez-vous en terre inconnue

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous décrire quel genre de jeu compose cette saga hein, tout le monde à déjà joué à un jeu Metroïd… 😅

Bon ok, ok, pas tout le monde. Alors on va plutôt commencer par un peu de contexte.

Bon au moins, c’est succin
Les images fixes sont vraiment bien travaillées !

Je n’aurais pas dit mieux, plutôt que de paraphraser le jeu voici directement le carton d’introduction.

Vous incarnez donc Samus Aran qui doit détruire le mal qui ronge la planète Zèbes, où elle a grandi. Et c’est à peu de choses TOUT le scénario du jeu.

En terme de gameplay cela se traduit grossièrement par un jeu d’action/plateforme avec un bouton pour tirer (à l’infini) et un bouton pour sauter, chaque pièce proposant son lot d’ennemis et régulièrement une petite « énigme » à résoudre afin de débloquer une amélioration permanente !

Quand je dis énigme, ne pensez pas au professeur Layton, on est plus sur une utilisation ingénieuse d’une capacité pas forcément encore obtenue car Metroïd ZM est un jeu non linéaire.

Bien que Samus ait passé apparemment beaucoup de temps sur cette planète, elle n’a aucune carte ou repère à sa disposition, c’est au fur et à mesure de vos avancées et découvertes que la carte va peu à peu se dévoiler. Nombre de salles contiennent des obstacles apparemment infranchissable…

c’est chaud 🔥
Votre équipement va largement s’accroître

Seulement pour un temps, car c’est le propre de la licence, le fait de devoir revenir sur ses pas avec une nouvelle capacité pour débloquer un bonus ou chemin alternatif, ce que l’on appelle communément le « Backtracking ». Ce style de jeu à été (à mes yeux) magnifié par Konami, avec ses Castlevania (à partir de Symphony of the Night), au point de créer un nouveau genre de jeu, le Metroïd-vania (y’en a qui disent CastleDroïd, mais bon… qui suis-je pour juger…)

Si, au début du jeu, vous êtes plutôt faible, à devoir calculer chacune de vos actions pour passer une salle, la vapeur va s’inverser, de proie vous passerez à prédateur et pourrez traverser Zèbes à une vitesse folle, mais la « patience » est de mise, car le chemin est conséquent !

Pour vous guider à travers ce dédale vous rencontrerez des statues (Chozo). Généralement en découvrir une vous redonne le sourire. Ces statues peuvent soit vous octroyer une nouvelle capacité (Morphball, nouveau tir, saut amélioré…) soit vous indiquer vaguement la prochaine étape « logique » de cheminement. En plus elle vous régénère complètement et à volonté en termes de santé et munition !

Plus l’aventure avance, moins vous verrez cet écran.
Samus à l’air plutôt zen… pour le moment.


Rendez-vous en terrain connu

Maintenant que vous êtes familier avec Samus, et ses capacités grandissantes (missiles, bombes, tir gelant, armure résistante à l’acide et moults autres améliorations) il est temps de devenir chasseur et de parcourir Zèbes à un autre niveau, vous traverserez les salles plus vite que votre ombre, le backtracking fera son effet.

La pose de la statue est étrangement suggestive
Non, ce n’est pas Sailor Moon

La map (et la mini map toujours présente) affichera un « O » si vous êtes sur un endroit où un bonus est présent mais que vous n’avez pas encore acquis. Idéal pour les complétionistes et ceux qui veulent être bien armés face aux Boss…

Les Boss, justement parlons-en. Si je dois retenir un défaut de ce jeu ça sera bien les affrontements de boss. Pas qu’ils ne soient pas impressionnants, mais ils ne demandent quasiment aucune stratégie pour en venir à bout, beaucoup de bourrinage sur le point faible, si vous avez fait un peu le tour des upgrades dispo c’est une balade de santé… Dommage car ils sont plutôt charismatiques, et sans spoiler, j’aime beaucoup le tout dernier !

Du côté technique c’est bon voir très bon ! Les plans fixes sont de toute beauté, la lisibilité est plutôt bonne, l’animation vraiment au point, et surtout les musiques ! Alors ok, elles sont connues et archi connues mais ça n’enlève rien à leur qualité (au contraire du hautparleur GBA 😞), un petit bonbon auditif à lui tout seul !



Tout est cyclique

Ce jeu, s’il n’atteint pas le statut légendaire qu’il peut avoir chez certains fans de la licence (surement dû à une découverte tardive de ma part, je le conçois). ZM montre qu’il a réellement des bases solides, c’est avec plaisir que je vais donner sa chance à super Metroïd et AM2R ! Cependant, en dépit de ses qualités, il faut aussi parler de la durée de vie du soft. Pour ma part j’ai à peine dépassé les cinq heures de jeu sur ma première partie, qui fait office de premier contact avec la licence, c’est peu, vraiment peu, dans le sens où même si la re jouabilité est de mise, et que le mode difficile débloqué après le premier run pousse à finir le jeu au plus vite grâce à un timer qui est maintenant visible, ainsi que les améliorations de la zone. Je trouve que c’est un peu court. Cependant il ne faut pas oublier qu’il s’agit seulement d’un remake d’un jeu qui à plus de 25 ans et je voulais mentionner, sans spoiler, que la partie où le gameplay est amené à changer apporte un bon vent de fraicheur sur le soft, même si je l’ai trouvé assez injuste.



Mission réussie

C’est bien, jouez à Metroïd.

Bon on va étoffer un peu. Je suis plutôt satisfait d’avoir écouté ma logique et d’avoir choisi Metroïd Zero Mission pour entrer dans cette licence ; étant très fan des Castlevania « SOTN-Like » je n’ai pas été dépaysé par le style de jeu. De plus je suis déjà familier avec le backtracking et je sais que j’aime déjà ce style de jeu.

Cela dit, il faut reconnaitre que ce Metroïd Zero Mission est très efficace malgré une narration entre l’inutile et l’inexistant.

En revanche le prix du jeu pour avoir une version complète en boite est complètement exorbitant… heureusement qu’il existe d’autres alternatives pour y jouer !

Partager