Header
userconnect logo ForumCollec
menu

Dino Crisis

Publié le 17/09/2019 par Ren

Dino Crisis : Un clone d’un jeu de Mikami par Mikami

Dino Crisis - Jaquette

Vers le début des années 90, Jurassic Park sortait au cinéma et amène avec lui la mode des dinosaures tandis que vers le milieu des années 90 sortait Resident Evil (d’ailleurs j’aimerais vous prévenir qu’au moment où j’écris ce test j’ai seulement fini Resident Evil 7, c’est normal si je ne fais pas beaucoup de comparaison avec cette série) sur console et avec lui la mode des survival-horror arrive (un genre qu’il a démocratisé pour rappel).
Il est logique qu’au moins un Resident Evil-Like avec des dinosaures fasse son apparition cependant, quand on est un studio qui a créé Resident Evil autant en profiter en prenant l’équipe responsable ce qui a fait le succès de cette nouvelle franchise.
Bien évidemment tout ça donne Dino Crisis qui sortira en 1999 sur PlayStation, puis en 2000 à la fois sur Dreamcast (cette fois développé par Nextech et non par Capcom Production 4) et sur PC ensuite en 2006 sur le Playstation Store japonais.

Dino Crisis - Écran Titre

Le jeu se déroule en 2009 (oui 10 ans avant ce test), après qu’un agent ait infiltré une île pour espionner un laboratoire, témoin d’une explosion qui a tué Docteur Kirk (qui dirige ce même laboratoire) 3 ans plus tôt à la recherche d’une énergie pure qui se nomme la Trie-Energie. Sauf que ce Docteur aurait survécu !
Du coup Regina (l’héroïne) aidée de Cooper, Gail et Rick vont aller aussi infiltrer l’île, mais bien sûr rien ne va pas se passer comme prévu.

Dino Crisis - Ingame 2

Maintenant que vous connaissez le scénario, il est temps de parler un peu de Gameplay. C’est littéralement du Resident Evil (même si je trouve qu’il ressemble plus à du pré-Code Veronica vu que l’environnement est entièrement en 3D et que la caméra est souvent en mouvement contrairement aux 3 premiers opus).
Il y a cependant quelques nouveautés ou différences comme le système des choix (je vais y revenir), les caméras précédemment citées, quelques ajouts au niveau du level design (passages dans le conduit d’aération par exemple), des énigmes, la manière de sauvegarder (cette fois plus besoin de ruban encreur et de machine à écrire, mais juste de traverser une porte pour y aller dans une safe room) ou encore un QTE.
Ces derniers sont différents des concurrents, il ne suffit pas d’appuyer sur un/des bouton(s) précis à un temps précis, mais il suffit tous simplement d’appuyer sur un maximum de bouton en peu de temps quand le logo « DANGER » apparaît.

Dino Crisis - ingame3

Du coup est-ce que les ennemis du jeu le font innover face à ses concurrents ? La réponse est oui ! Même s’ils sont peu variés, ils sont vraiment dangereux (résistants, puissants et parfois rapides).
De plus ils peuvent traverser les salles, mais heureusement il y a des lasers qui peuvent vous protéger... Ou vous obligent à faire face à votre menace ou finalement se retourner contre vous si vous ne les avez pas désactivés.

Dino Crisis - ingame4

Concernant l’approche, il vous sera proposé quelques choix (4 au total), les 3 premiers permettent de choisir l’intellect ou la violence pour se sortir d’une situation tandis que le dernier va déterminer l’une des 3 fins du jeu.

Dino Crisis - ingame5

Bien sûr comme dans la majorité des jeux de ce genre un mode New Game + est présent.
Il vous permettra de débloquer des tenues (d’ailleurs dans Resident Evil 3, il y a un costume de Regina pour Jill) ainsi qu’une arme spéciale.
Il y a d’autres bonus à obtenir si l’on termine le jeu au moins de 5 heures.

Dino Crisis - ingame6

Passons maintenant aux qualités et défauts !

Vu que c’est un survival-horror, il fait peur (au moins il essaie) ? Là c’est un peu compliqué, niveau ambiance et OST beaucoup trouveront ça kitch.
Niveau Gameplay, là oui il est plutôt réussi (pour ce qu’il est, c’est-à-dire un survival-horror de la fin des années 90/début 2000), comme cité plus tôt on se sent rarement en sécurité vu qu’on ne peut pas vraiment fuir face aux dinosaures, ni les tuer facilement. Pour le T-Rex jusqu’à la fin on ne peut pas le tuer c’est à peu près l’équivalent du Némésis.
À propos, le nombre de  « continue » est limité à 5 (si vous finissez le jeu sans les utiliser, vous aurez le droit de voir un atwork).

Qu’en est-il des autres éléments qui constituent ce jeu ?
La caméra peut parfois faire son travail, mais il lui arrive d’être mal positionnée.
Pour les énigmes elles sont intéressantes.

AVIS GLOBAL : 13/20

Si vous êtes un fan de tout ce qui est survival-horror à l’ancienne ou des créations de Shinji Mikami et que le côté vieux jeu d’horreur ne vous dérange pas, oui c’est un jeu à essayer (idem si vous êtes un joueur fan de Jurassic Park), mais si vous êtes un joueur amateur de rétrogaming qui voudrait juste essayer un survival-horror rétro passez votre chemin. Cependant si vous êtes curieux (et si vous avez assez de moyens) mieux vaut prendre la version Dreamcast, car non seulement le graphisme est de meilleure qualité et en plus grâce à la VMU vous pourrez voir des informations comme la santé de l’héroïne directement sur la manette donc sans passer par l’inventaire).


Réagissez sur le forum

Anecdotes
Anecdote !

Nintendo NES

Saviez-vous pourquoi le design de la NES est si différent entre le Japon et la NES que nous connaissons ?
Suite au krach de 1983 Nintendo souhaitait que le design se démarque de l'image de jouet liée aux consoles de jeux vidéo et que cette NES puisse trôner dans un salon, cela explique aussi le système de clapet et le fait que nous insérons nos cartouches de cette façon, à l'image du magnétoscope, un geste familier pour les adultes de cette génération.