-
-
-
-
-
-
-
- Forum
Publié le 13/11/2019 par Hyiga

Castlevania AoS - Jaquette

Titre original : Castlevania: Akatsuki no Menuett

Genre : Metroidvania

Date de sortie : 6 mai 2003 (Japon) - 8 mai 2003 (États-Unis) - 9 mai 2003 (Europe)

Développeur : Konami

Éditeur : Konami

Une excellente conclusion sur Game Boy Advance

Dernier opus de la trilogie des Castlevania sur Game Boy Advance (si on ne compte pas le portage du premier titre sorti sur NES), voici probablement l'épisode le plus abouti du triptyque, Castlevania : Aria of Sorrow. Après un décevant Harmony of Dissonance, celui-ci corrige un paquet de défauts qu'on va voir ensemble dans ce test.
On a toujours un Gameplay dans la pure veine d'un Symphony of the Night, un Metroidvania où il faudra récupérer un item pour accéder à de nouvelles zones auparavant inaccessibles dans le château du comte Dracula.

Castlevania : Aria of Sorrow nous plonge dans un futur proche, exactement en 2035, là où les précédents Castlevania remontaient toujours dans la passé. Nous incarnons Sôma Cruz durant un échange scolaire au Japon, accompagné de Mina Hakuba, une amie suivant notre héros afin d'assister à une éclipse solaire au temple de Hakuba, mais quand Soma pénètre dans ce lieu, il s'évanouit et se réveille dans le château de Dracula, Mina est totalement inconsciente et un certain Genya Arikado lui apprend que pour sortir de ce lieu étrange, il faudra se rendre dans la salle du trône de ce mystérieux lieu.

Castlevania AoS - Ingame 1

Castlevania AoS - Ingame2
Csatlevania AoS - ingame3

Au passage, enfin ! Une traduction française... mais il ne faut pas s'attendre à des miracles, suffit juste d'appuyer sur "Start" et de se rendre compte de la méga faute de frappe où notre état est apparemment "BEIN" (le "I" et le "E" sont inversés), avec un accent marseillais très forcé, disons que ça peut s'arranger... En tout cas, rien n'explique pourquoi quand on lit les descriptions de tout ce qu'on va accumuler dans l'inventaire que la grande majorité des déterminants ont totalement disparu, et non, ce n'est pas pour économiser de la place dans la description. Dans tous les cas, malgré une traduction bancale, le développement scénaristique reste compréhensible et les anglophobes pourront profiter du seul opus Castlevania sur GBA à être en français, surtout que c'est l'inventaire qui est touché par cette traduction douteuse plutôt que les dialogues du jeu.

Castlevania AoS - ingame4

Je vais bein, oui

Je noterai que, personnellement, j'ai trouvé le scénario bien plus intéressant à suivre avec des protagonistes plus attachants. Car notre héros ainsi que son amie n'ont aucune idée au départ de pourquoi ils sont là et qu'ils feront connaissance de plusieurs autres personnages, certains aux bonnes intentions, et d'autres bien décidés à venir mettre des bâtons dans les roues de Sôma. Et peut-être, car cette fois-ci, le tout se déroule dans une époque très proche de la nôtre...
Point de Vampire Killer, Sôma Cruz devra récolter diverses armes afin de se défendre, notez qu'il y en a une flopée à obtenir, toutes différentes. Si certaines peuvent infliger des dégâts puissants, la vitesse d'attaque sera en contrepartie plus lente et il faudra prendre en compte ce paramètre afin que l'exploration ne s'achève pas sur un Game Over.

La grande nouveauté d’Aria of Sorrow, c'est les âmes que peuvent acquérir Sôma, en éliminant les ennemis, vous pourrez parfois avec un minimum de chance en obtenir un, donnant des pouvoirs utiles en échange d'une consommation plus ou moins excessive de MP. Il y a trois coloris différents : Rouge, bleu, jaune, la première couleur se rapprochant des attaques secondaires d'anciens Castlevania permettant par exemple de lancer des couteaux, échanger les HP et les MP d'un monstre ou encore arrêter le temps pendant un petit moment tout ça avec une simple pression  + . La deuxième dite de "Gardien" permettant d'activer un pouvoir permettant de planer ou d'invoquer un serviteur en maintenant la gâchette "R", la différence entre les deux couleurs citées viennent que la rouge ne s'utilise pas en continu comparé à la bleue dont le bouton "R" doit être maintenu afin que l'âme soit toujours active. Enfin la dernière, les âmes jaunes donnant un effet à Sôma, ne demandant pas de MP, ni une combinaison de touche pour que celle-ci s'active, ce sont généralement des augmentations de statistique (certaines âmes seront obligatoires afin de continuer d'avancer dans Aria of Sorrow). Les MP se régénèrent lentement au fil du temps ou en récupérant des cœurs (ce qui fait qu'on a uniquement deux barres, les HP et les MP et pas les trois barres habituelles.
J'ai failli omettre que des âmes grises sont présentes. Elles remplacent tout simplement les reliques telles que le double-saut pour n'en citer qu'elle.

Castlevania AoS - ingame5

La gestion de l'équipement risque d'être moins brouillonne que les autres opus, car on peut enfin vendre tout les objets superflus, ce qui n'était pas possible dans Harmony of Dissonance où l'on pouvait uniquement se débarrasser de nos pierres précieuses, aboutissant à un inventaire bordélique, en parlant de celui-ci, on peut s'équiper d'une arme (fini le Vampire Killer, je vous rappelle, vous n'êtes pas un Belmont !), d'une armure et enfin d'un accessoire (comprenez des bijoux en tout genre ou une cape et je vous passe les détails). Le magasin est par ailleurs accessible au tout début du château dès que vous l'aurez déverrouillé.

Castlevania AoS - ingame6

Il n'y a pas que dans l'écran de pause que Aria of Sorrow fait mieux que les autres épisodes GBA, le bestiaire est beaucoup plus varié avec des boss plus intéressants et surtout, on a de nouveau des téléporteurs après leurs inexplicables absences, diminuant grandement le côté répétitif dont pouvait être victime Harmony of Dissonance ayant eu la très mauvaise idée de les retirer (du moins… où il faut appuyer sur le bouton  devant une Warp Zone et ainsi laborieusement naviguer entre les différents téléporteurs du jeu), ce qui m'a coupé l'envie de le finir à 200% tant j'en avais ma claque vers la fin.
En fait, c'est tout le rythme d’Aria of Sorrow qui est excellent, déjà, pas de deuxième château qui ressemblait à deux gouttes d'eau en termes de level design au premier comme dans l'opus que j'ai cité plusieurs fois auparavant et avec un plus grand nombre de téléporteurs que Circle of the Moon dont le nombre se comptait sur les doigts d'une main. On navigue rapidement et facilement dans les divers recoins du château de Dracula et j'ai pris beaucoup de plaisir à le faire à 100%.
Si au niveau du Gameplay, ce troisième Castlevania GBA s'en sort bien mieux que les deux précédents opus. C'est la même chose du côté des graphismes : la variété est très présente et on est en haut du panier de la console portable de Nintendo. L'aspect gothique est toujours présent avec des animations fluides pour qui que ce soit, ennemis, personnages et boss. Je vois difficilement de quoi reprocher à ce Aria of Sorrow, et je comprends pourquoi beaucoup de fans de la licence se sont pris d'affection pour Sôma Cruz dont son chara-design est je le trouve bien plus charismatique que Nathan (Circle of the Moon) ou Juste (Harmony of Dissonance).
Après une très forte amertume pour la bande-son de Harmony of Dissonance, nous voilà de nouveau à ce qui nous a habitué la série, c'est-à-dire une bande-son accompagnant à merveille l'univers du jeu et entraînante pour qu'on ait toujours envie de découvrir la prochaine musique. Bonne chance pour vous sortir celle-ci de la tête et d'ailleurs pour le boss dont cette musique est dédiée, ayez un stock de potions conséquent, c'est une véritable épreuve d'endurance !)
Si Aria of Sorrow est plus court que Harmony of Dissonance (décidément, je n’arrête pas de le citer !), cet opus a un rythme comme je l'ai dit bien plus maîtrisé que l'autre que je risque à tout moment de citer encore une nouvelle fois qui était exaspérant avec ses aller-retour incessants et aussi son double château assez discutable. Environ huit heures seront suffisantes pour voir la bonne fin du titre et un peu plus pour découvrir tous les passages secrets du château. Un titre qui se termine rapidement en plus de sa relative facilité, mais qui ne fait pas l'erreur de tirer en longueur. Notez que vous pourrez faire un New Game + en difficile ou avec un autre personnage, de quoi augmenter la durée de vie pour les plus acharnés.

Positif

  • Un scénario plus original : Le premier épisode qui se passe dans le futur !
  • Personnages plus attachants.
  • Les âmes rajoutant du piquant à l'aventure, à vous de trouver votre combinaison parfaite pour rouler sur les ennemis !
  • Beaucoup, beaucoup de choses à découvrir.
  • Graphiquement encore, Aria of Sorrow envoie du pâté !
  • L'OST est de nouveau d'excellente facture, après un Harmony of Dissonance décevant.
  • Enfin une traduction française...

Négatif

  • ... Bon, elle est assez approximative.
  • Très facile, je n'ai pas eu une seule mort !
  • Légèrement plus court que les deux autres opus GBA.

AVIS GLOBAL : 18/20

Si je fais beaucoup de liens avec Harmony of Dissonance, ce n’est pas pour rien, car Aria of Sorrow a presque gommé tous les défauts et errances que je pouvais reprocher à HoD et que ce dernier opus est donc l'ultime Castlevania à faire sur Game Boy Advance avec son Gameplay bien plus varié et original que d'habitude. Et tout ce qu'il accompagne autour c'est-à-dire, son scénario, ses graphismes ou sa bande-son expliquent largement pourquoi Aria of Sorrow est considéré comme un chef-d’œuvre sur cette petite machine. Un must have.

 




Si cet article t'a plu et que tu souhaites soutenir le site, tu peux assouvir cette pulsion soit en regardant une pub sur  Utip, en devenant mécène  Tipee, ou encore en m'envoyant un article par  email



Vous devez vous connecter pour poster un commentaire


13/11/2019 - Mugen: Un bein bon test que tu nous as livré

Les copains


Clean Ordi
Feu VFTD
*
*

Soutien et contrib


Proposer du contenu
Paypal
Tipeee
Utip

Retrouvez-moi sur



RVLP V2.0 - DECEMBRE 2019

Visiteurs